Faites un don

Accueil > Les Maladies Lysosomales > Présentation des Maladies > Aspartyl Glucosaminurie

Aspartyl Glucosaminurie

Sources scientifiques

L’aspartylglucosaminurie (AGU) est une maladie de surcharge lysosomale, du groupe des oligosaccharidoses ou glycoprotéinoses, très exceptionnelle en dehors de la Finlande.
Elle est due au déficit en N-aspartylglucosaminidase (clivant la liaison N-acétylglucosamine-asparagine de nombreux glycopeptides et protéines N-glycosylées), qui conduit à l’accumulation de glucoasparagines dans les tissus et à leur excrétion urinaire. La transmission se fait sur le mode récessif autosomique.
La clinique est caractérisée par un retard mental lentement progressif (débutant par une maladresse, un retard de la parole et une hyperkinésie), une dysmorphie faciale peu marquée et une cyphoscoliose peu sévère. L’hépatosplénomégalie est rare et rapportée dans des cas non finlandais. Le diagnostic biologique repose sur la mise en évidence de l’excrétion urinaire accrue d’aspartylglucosamine sur une chromatographie d’acides aminés ou d’oligosaccharides. Le résultat est confirmé par la mesure d’activité de l’aspartylglucosaminidase (lymphocytes, fibroblastes, trophoblaste ou amniocytes). Le gène est localisé (en 14q32-q33). A part la Finlande où 2 mutations (AGUfin majeure et AGUfin mineure) rendent compte de 98% des allèles délétères (ayant permis la mise en place d’un dépistage systématique des hétérozygotes), les mutations sont très hétérogènes.
Le seul traitement à visée curative est à ce jour l’allogreffe de moelle osseuse, mais les résultats obtenus chez 5 patients finlandais sont limités.
Auteurs : Dr R. Froissart, Dr I. Maire (février 2005)

Signes cliniques

  • anomalie du metabolisme (Signe très fréquent)
  • face grossiere (Signe très fréquent)
  • foie de surcharge (Signe très fréquent)
  • gencives epaisses/hypertrophiques (Signe très fréquent)
  • hernie inguinale (Signe très fréquent)
  • hernie ombilicale (Signe très fréquent)
  • macroglossie (Signe très fréquent)
  • prognathisme (Signe très fréquent)
  • retard mental / psycho-moteur (Signe très fréquent)
  • splenomegalie (Signe très fréquent)
  • transmission autosomique recessive (Signe très fréquent)
  • troubles du comportement (Signe très fréquent)
  • caries dentaires multiples (Signe fréquent)
  • corticale anomalie (Signe fréquent)
  • crane : voute epaissie/densite augmentee (Signe fréquent)
  • cubitus anomalie/absent (Signe fréquent)
  • macroorchidie/testicules grande taille (Signe fréquent)
  • pectus carinatum (Signe fréquent)
  • vertebres anomalie de taille/forme (Signe fréquent)

Incidence de la douleur chez des enfants atteints de maladies lysosomales

Florence REITER Financement bourse VML : 10 000 € Souhaitée et financée par VML, les résultats d'une étude portant sur la douleur chez l'enfant malade sont à présent publics. Réalisée par Mademoiselle Florence REITER, psychologue, cette étude visait non seulement à mieux appréhender la douleur chez les jeunes patients, mais également à modifier sa compréhension et son appréhension dans la maladie et le polyhandicap par le corps médical. Concrètement cette étude a déjà eu pour conséquence l’intervention régulière, dans les CMD (Consultation Multi-Disciplinaire) où elle s’est déroulée, de personnel spécialisé(...)Lire la suite...

Identification du catabolisme anormal des glycoconjugués et/ou des oligosaccharides dans les maladies neurologiques infantiles

André KLEIN Laboratoire de Biochimie et de Biologie Moléculaire - Lille Financement bourse VML : 7 600 €Lire la suite...