Faites un don

Accueil > Les Maladies Lysosomales > Présentation des Maladies > Maladie de Danon

Maladie de Danon

Sources scientifiques

La maladie de Danon est une glycogénose lysosomale due au déficit en LAMP-2 (Lysosomal-Associated Membrane Protein 2). Plus de 20 familles ont été décrites dans la littérature. Une cardiomyopathie sévère et une faiblesse musculaire d’intensité variable sont les symptômes constants, fréquemment associés à un déficit intellectuel. Classiquement, la maladie débute chez le garçon après 10 ans. L’atteinte peut être sévère dans les 2 sexes, mais le début est généralement plus tardif chez les femmes. La maladie est transmise sur le mode récessif lié à l’X. Plusieurs mutations ont été identifiées dans le gène LAMP2, localisé en Xq24. La protéine LAMP-2 est un constituant essentiel de la membrane lysosomale, qui semble jouer un rôle important dans la fusion avec les vésicules d’autophagie. Le diagnostic biologique repose sur la mise en évidence d’une activité maltase acide normale ou augmentée, et l’étude d’une biopsie musculaire montrant de grandes vacuoles (remplies de glycogène et de produits de dégradation cytoplasmique) et l’absence de protéine LAMP-2 par immunohistochimie. La confirmation diagnostique peut être faite par l’étude moléculaire du gène LAMP2. Le diagnostic différentiel inclut la myopathie vacuolaire avec autophagie excessive liée à l’X (XMEA) et la glycogénose de type II (voir ces termes). L’étude mutationnelle permet le diagnostic des sujets masculins et féminins de la famille. Les femmes sont le plus souvent également atteintes mais généralement plus tardivement et le conseil génétique est compliqué car la présentation peut être hétérogène même chez les hommes d’une même famille. Le diagnostic prénatal peut être réalisé lorsque la mutation a été identifiée dans la famille. Il n’existe pas de traitement spécifique. Seul un traitement symptomatique des troubles cardiaques est proposé et un malade a bénéficié d’une transplantation cardiaque. Une arrhythmie soudaine peut conduire au décès chez l’adulte jeune.
Auteurs : Drs R.Froissart et I.Maire (juillet 2007).

Incidence de la douleur chez des enfants atteints de maladies lysosomales

Florence REITER Financement bourse VML : 10 000 € Souhaitée et financée par VML, les résultats d'une étude portant sur la douleur chez l'enfant malade sont à présent publics. Réalisée par Mademoiselle Florence REITER, psychologue, cette étude visait non seulement à mieux appréhender la douleur chez les jeunes patients, mais également à modifier sa compréhension et son appréhension dans la maladie et le polyhandicap par le corps médical. Concrètement cette étude a déjà eu pour conséquence l’intervention régulière, dans les CMD (Consultation Multi-Disciplinaire) où elle s’est déroulée, de personnel spécialisé(...)Lire la suite...