Faites un don

Accueil > Les Maladies Lysosomales > Présentation des Maladies > Pycnodysostose

Pycnodysostose

Sources scientifiques

La pycnodysostose est une maladie génétique lysosomale caractérisée par une ostéosclérose du squelette, une petite taille et une fragilité osseuse. La pycnodysostose est très rare, sa prévalence exacte est inconnue mais elle est inférieure à 1/100 000.

La maladie est découverte à un âge variable, allant de 9 mois à 50 ans. En général, le diagnostic est posé dans l’enfance mais il arrive que l’affection ne soit décelée qu’à l’âge adulte, à l’occasion d’une fracture ou d’un examen systématique.

Les manifestations très fréquentes sont une ostéosclérose, une petite taille ou un nanisme, une acro-ostéolyse des phalanges distales, une fragilité osseuse avec fractures spontanées et une dysplasie des clavicules.

Les patients présentent des malformations crâniennes caractéristiques : un crâne volumineux avec présence d’os wormiens et persistance de la fontanelle antérieure, une mandibule petite. Des anomalies dentaires telles que des dents cariées, mal implantées ou de forme anormale (pointues ou coniques) et un retard d’éruption dentaire peuvent être observés. Les ongles sont parfois irréguliers et fendillés.

Très rarement, la maladie est associée à une anémie, une hépatosplénomégalie, des altérations hématologiques, une détresse respiratoire et des apnées du sommeil. L’insuffisance staturale est variable mais plutôt modérée (1m35 à 1m50).

La transmission est autosomique récessive et la pycnodysostose est due à des mutations du gène de la cathepsine K (localisé en 1q21), une enzyme lysosomale secrétée par les ostéoclastes qui permet le clivage des protéines de la matrice osseuse (collagène de type I, ostéonectine ou ostéopontine).

Le diagnostic est clinique et doit être confirmé par un examen radiographique complet du squelette et des radiographies du crâne. Le diagnostic différentiel inclut l’ostéoporose, l’ostéopétrose, la dysplasie cleidocrânienne et l’acroostéolyse idiopathique (voir ces termes).

La prise en charge est symptomatique et multidisciplinaire. Elle inclut une surveillance orthopédique, une prise en charge des fractures dont la consolidation est parfois ralentie, et une surveillance de la statique vertébrale afin de dépister les fréquents spondylolisthésis.

Le pronostic est favorable, la maladie est peu évolutive.

Auteur : Dr. M. Le Merrer (décembre 2008)

Signes cliniques

  • clavicule anomalie (Signe très fréquent)
  • doigts phalange distale hypoplasie (Signe très fréquent)
  • face etage moyen de hauteur reduite (Signe très fréquent)
  • fontanelle : large/retard de fermeture (Signe très fréquent)
  • fractures spontanees / fragilite osseuse (Signe très fréquent)
  • front haut (Signe très fréquent)
  • mandibule absence partielle/hypoplasie (Signe très fréquent)
  • os wormiens (Signe très fréquent)
  • osteosclerose / osteopetrose (Signe très fréquent)
  • palais ogival/etroit (Signe très fréquent)
  • petite taille / nanisme (Signe très fréquent)
  • transmission autosomique recessive (Signe très fréquent)
  • dents forme anormale/pointues/coniques (Signe fréquent)
  • dents mal implantees (Signe fréquent)
  • ongles absents / petits (mains) (Signe fréquent)
  • anemie (Signe occasionnel)
  • cyphose (Signe occasionnel)
  • lordose (Signe occasionnel)
  • retard mental / psycho-moteur (Signe occasionnel)
  • splenomegalie (Signe occasionnel)
  • thorax etroit (Signe occasionnel)

Incidence de la douleur chez des enfants atteints de maladies lysosomales

Florence REITER Financement bourse VML : 10 000 € Souhaitée et financée par VML, les résultats d'une étude portant sur la douleur chez l'enfant malade sont à présent publics. Réalisée par Mademoiselle Florence REITER, psychologue, cette étude visait non seulement à mieux appréhender la douleur chez les jeunes patients, mais également à modifier sa compréhension et son appréhension dans la maladie et le polyhandicap par le corps médical. Concrètement cette étude a déjà eu pour conséquence l’intervention régulière, dans les CMD (Consultation Multi-Disciplinaire) où elle s’est déroulée, de personnel spécialisé(...)Lire la suite...