Faites un don

Accueil > Les Maladies Lysosomales > Présentation des Maladies > Krabbe

Krabbe

Sources scientifiques

La maladie de Krabbe ou leucodystrophie à cellules globoïdes est une affection à transmission autosomique récessive, conséquence d’un déficit en galactosylcéramidase (ou galactocérébrosidase), enzyme lysosomale intervenant dans le catabolisme d’un constituant lipidique majeur de la myéline. La maladie entraîne une démyélinisation du système nerveux central et périphérique.

La fréquence semble de l’ordre de 1/150 000 naissances en France.

Elle débute dans une majorité de cas durant la première année de vie et est rapidement progressive. Cependant, un début plus tardif, chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte, est possible, avec durée variable d’évolution.

La forme infantile « classique » représente 85 à 90% des cas. Les symptômes initiaux sont une irritabilité croissante avec hypertonie et hyperesthésie, et signes de neuropathie périphérique. Ultérieurement, des crises hypertoniques avec opisthotonos sont fréquentes ; des crises convulsives peuvent apparaître. A un stade plus évolué apparaissent cécité et surdité, puis état végétatif et enfin hypotonie.

Dans les formes à début tardif, les premiers signes sont souvent des troubles de la marche (paraparésie spastique ou ataxie), une hémiplégie, une détérioration de la vision, avec ou sans neuropathie périphérique.

La détérioration mentale est variable (généralement absente dans les formes de l’adulte).

Le gène de la galactosylcéramidase, situé en 14q31, est identifié. Deux mutations sont plus fréquentes (65% des allèles en France). Le diagnostic de la maladie reste néanmoins enzymatique (activité de la galactosylcéramidase). Il existe plusieurs modèles animaux naturels (souris, chien, singe). Les « cellules globoïdes » d’origine macrophagique pathognomoniques de l’affection sont induites par le galactosylcéramide non dégradé.

La disparition précoce des oligodendrocytes semble due à l’accumulation d’un métabolite cytotoxique (galactosylsphingosine ou « psychosine »).

Auteur : Dr Marie-Thérése Vanier (avril 2002).

Signes cliniques

  • anomalie du metabolisme (Signe très fréquent)
  • anomalie fonctionnel. du systeme nerveux (Signe très fréquent)
  • cecite (Signe très fréquent)
  • convulsions epilepsie (Signe très fréquent)
  • difficulte d’elevage (Signe très fréquent)
  • diplegie/paraplegie/quadriplegie (Signe très fréquent)
  • e.m.g. anormal (Signe très fréquent)
  • hemiplegie / hemiparesie (Signe très fréquent)
  • hypertonie/rigidite/spasticite (Signe très fréquent)
  • pouce anomalie(autre que hypoplasie) (Signe très fréquent)
  • regression psychique / demence (Signe très fréquent)
  • surdite de perception (Signe très fréquent)
  • transmission autosomique recessive (Signe très fréquent)
  • troubles du comportement (Signe très fréquent)
  • infections respiratoires a repetition (Signe fréquent)

Approche de thérapie génique dans un modèle souris de la maladie de Krabbe

La maladie de Krabbe est une maladie lysosomale dont le forme infantile précoce présente des symptômes cliniques, principalement neurologiques (épilepsie, pertes sensorielles, troubles psychomoteurs,…), évoluant rapidement et un décès survenant quelques années après le diagnostic. Plusieurs approches thérapeutiques ont été étudiées chez des modèles souris pour cette maladie. Sur la base de résultats prometteurs chez l’animal, la greffe de cellules souches hématopoïétiques* provenant de donneurs sains a été tentée chez des enfants malades. Effectuée très précocement, cette thérapie peut retarder l’apparition(...)Lire la suite...

Iminogalactolipides : des agents pharmacologiques contre la maladie de Krabbe ?

Docteur Olivier R. MARTIN Institut de Chimie Organique et Analytique (ICOA), Orléans - France Financement VML 2011 : 23 000€ Descriptif et intérêt : Le projet consiste à concevoir et synthétiser un ensemble de petites molécules qui seraient suceptibles d'établir de fortes interactions avec l'enzyme inactive dans la maladie de Krabbe. Ces molécules seront testées en collaboration avec des équipes de biologistes et enzymologistes sur des cellules malades.Lire la suite...

Incidence de la douleur chez des enfants atteints de maladies lysosomales

Florence REITER Financement bourse VML : 10 000 € Souhaitée et financée par VML, les résultats d'une étude portant sur la douleur chez l'enfant malade sont à présent publics. Réalisée par Mademoiselle Florence REITER, psychologue, cette étude visait non seulement à mieux appréhender la douleur chez les jeunes patients, mais également à modifier sa compréhension et son appréhension dans la maladie et le polyhandicap par le corps médical. Concrètement cette étude a déjà eu pour conséquence l’intervention régulière, dans les CMD (Consultation Multi-Disciplinaire) où elle s’est déroulée, de personnel spécialisé(...)Lire la suite...